Historique

Le 28 mai 2015, Le Buvard, librairie ambulante, ouvrait pour la première fois sa porte à Dunham, dans le cadre du festival Hops & Rock, organisé par les amis de la Brasserie Dunham.

Tout au long de l’été 2015, Michel Vézina et Maxime Nadeau ont sillonné le Québec à bord d’Ulysse, leur premier camion, ainsi nommé à la mémoire de l’écrivain trop peu connu, Alain-Ulysse Tremblay, auteur d’une dizaine d’œuvres et décédé prématurément en mai 2013.

L’automne venu, alors que le duo s’apprêtait à amorcer le deuxième volet de leur nouvelle aventure et d’appareiller vers la France, la Sodec, ayant enfin décidé de donner de ses nouvelles après sept mois de silence morbide, annonça qu’elle refusait de financer le projet. Les deux fous de littérature et de route, ayant roulé tout l’été, se trouvèrent fort dépourvus quand la bise fut venue…

Plus d’appart, plus de projet, plus rien devant eux que le grand rien et le grand vide blanc qui se préparait à se dérouler devant eux. Pendant quelques mois, leur super amie Gogo les hébergea, les dépanna, alors qu’ils se disaient, les deux zoiseaux, qu’ils devraient peut-être passer l’hiver l’un à Montréal, l’autre en Haïti…

Mais…

Quelques semaines plus tôt, les deux acolytes avaient remarqué que la maison qui avait jadis abrité l’ancien pub écossais de Gould était à vendre. À force de passer devant, de rouler devant, à force de la regarder du coin de l’œil, et une fois que le projet d’aller sillonner la France armés de littérature québécoise était tombé à l’eau, une idée se met à germer…

– Viens, Max, on va visiter la maison de l’ancien Pub!

Le 17 décembre 2015, Michel et Maxime garaient enfin leur bel Ulysse rouge le long de la grange et aménageaient dans l’ancien pub où, le 31 janvier, ils inauguraient leur Pub-Librairie, Le Salon.

De la littérature, de la bière, des whiskys, du vin, des saucissons : l’expérience, au Salon, est toujours totale. Les imaginaires ne se développent pas dans l’austérité, il leur faut du vivant, du beau, du bon, de l’éclat. Or au Salon, c’est tous les samedis l’évènement! Des auteurs en résidence, des soirées du hockey poétique, des poètes, des amis qui passent, des lecteurs qui fouillent, des voisins qui picolent, des amis qui rient : au Salon, la vie est une fête et les murs sont couverts de littérature trippante!

Depuis, Ulysse qui a pris sa retraite de route et attend de se transformer en résidence d’écrivain. Depuis juillet 2016, Alain le relaie sur les routes du Québec et depuis le 31 décembre 2015, le Salon accueille des lecteurs et des auteurs, des poètes et des amoureux de beaux textes.

Le 4 janvier 2017, les deux comparses partaient vers la Belgique et la France pour leur première tournée européenne à bord d’un fourgon prêté par les Baladins du Miroir, une compagnie belge de théâtre ambulant. Enfin, le projet en France a pris forme et s’est si bien déroulé que l’expérience, non seulement se répétera, mais sera prolongée d’au moins deux mois.

Équipé de milliers de livres québécois, Le Buvard ira  à la rencontre des lecteurs belges et français pour faire la promotion de cette littérature qui caractérise le Québec d’aujourd’hui.

L’année 2017 s’annonce exceptionnelle!

Suivez-nous sur Facebook, sur Twitter et sur Instagram pour en savoir plus.

MICHEL VÉZINA – BIOGRAPHIE

Fut un temps où Michel Vézina écrivait des romans. Des nouvelles, des chroniques, des carnets et un essai sur la lecture, aussi. Même que des fois, il s’est laissé tenté du côté d’une certaine poésie, plutôt prosaïque et hallucinée. Treize livres aisément classables, et un plus récent, vraiment pas facile à cataloguer, en vingt-cinq ans.

Vézina a aussi été éclairagiste, régisseur, comédien forain, rédacteur en chef, clown, journaliste littéraire, éditeur, voyageur, cuisinier… et même livreur de viande en quartier… il a oscillé entre des mondes bien définis, aux frontières bien marquées. On a certes pu penser de lui qu’il était un être dissipé… À l’aube de 2017, Michel Vézina mélange enfin tout. Il est à la recherche d’une forme, à la recherche d’une vie, une seule, il est à l’affut des extases et de toutes les jouissances.

Aujourd’hui, il habite, lorsqu’il n’est pas sur la route avec la librairie ambulante Le Buvard, dans une maison qui s’appelle Le Salon, Pub-Librairie, avec un drôle de gars, le meilleur libraire du monde, Maxime Nadeau, avec qui il vend des livres, de la bière et du rêve.

Ce Salon, c’est un drôle d’endroit érigé dans un tout petit hameau très vert l’été et très blanc l’hiver où il invite des écrivains. Michel Vézina et Maxime Nadeau tiennent salon.

Michel aime les bonnes choses de la vie : alcools durs, tabac blond, drogues douces, bouffes gargantuesques, femmes brillantes, films délirants, théâtre visionnaire, cirque dément, voyages infinis et livres inclassables. Il aime aussi passer de longues soirées dans les bois à chanter avec les coyotes et de courtes nuits dans les villes à valser avec des anges.

MAXIME NADEAU – BIOGRAPHIE

Maxime Nadeau est libraire depuis une dizaine d’années, spécialisé en littérature québécoise et en poésie. Véritable activiste littéraire, il organise des soirées de lecture de poésie, des causeries, des cercles de lecture et des événements littéraires depuis une douzaine d’années. Il a notamment animé les Cabarets des Soirs rouges et le volet «­Poésie-Blues­» du FestiBlues International de Montréal, en plus de co-animer l’émission de radio littéraire Lectures et châtiments à CIBL 101,5 Montréal de 2013 à 2015. Il est membre du collectif Un peuple à genoux, qui publie annuellement un almanach des indignés (Poètes de brousse, collection «Essai libre»), et a fait partie de plusieurs jurys de prix littéraires. Il a étudié en littérature et en linguistique et fait aussi de la correction d’épreuves.

Il s’est joint à Michel Vézina pour démarrer Le Buvard en mai 2015. Les deux ont depuis fondé Le Salon, Pub-Librairie et ont donné de nombreuses conférences sur leur expérience de libraire ambulant, le monde du livre au Québec et leur rapport à la littérature.

La littérature là où il y en a peu…